Comptabilité Finance Juridique

Sortez votre nom de la liste des mauvais payeurs –

Comment les retards de paiement peuvent nuire à votre croissance

Retards de paiement et listes de mauvais payeurs

 

Au sein des services comptables et financiers, les piles de factures impayés sont monnaie courante. Ce qui rend leur travail plus difficile et nuit à la trésorerie de leurs partenaires. Quel que soit le type ou la taille de l’entreprise, les retards de paiement ont toujours été un problème pour la comptabilité fournisseurs – un problème qui finit par leur coûter en temps, en argent et en réputation.

En effet, ces délais ont non seulement un effet négatif sur votre supply chain, mais ils affectent également la réputation et la crédibilité de votre entreprise. Pire encore, ils peuvent affecter votre image de marque sur la durée lorsque vous vous retrouvez sur la liste des mauvais payeurs suite à la publication par le gouvernement français des sanctions pour retard de paiement.

Qu’est-ce que la liste des mauvais payeurs ? Ce sont des listes imposées par les gouvernements européens pour mettre en évidence les entreprises qui paient en retard. Leur objectif principal est d’aider à calculer l’impact de ces retards sur l’économie. Mais ce n’est pas leur seul objectif. Certains pays comme la France, leader de la facturation électronique et de l’e-procurement, ont poussé ces listes plus loin. Ils utilisent désormais les listes pour encourager directement la transformation numérique, conformément à la législation européenne.

En plus de créer une discipline financière, ces listes montrent également que les retards de paiement sont un problème pour les entreprises de toutes tailles, y compris les grandes entreprises en position financière solide.

En 2019, le montant des sanctions pour retards de paiement a atteint à 18 375 900 €

 

La législation est claire concernant la définition du délai de paiement. Dans le cas de la France, tout paiement excédant 60 jours à compter de la date de la facture, ou 45 jours fin de mois (article L. 441-10 du code de commerce) compte comme un retard de paiement. Quelques produits ou services sont exemptés, mais les biens les plus courants ne le sont pas.

Malheureusement, les amendes sont aussi claires que les dispositions de la loi : jusqu’à 75 000 euros pour les personnes physiques et jusqu’à 2 millions d’euros pour les personnes morales. Le montant peut facilement doubler si l’infraction se répète dans les deux ans suivant la première sanction. Vous pouvez même utiliser ce calculateur officielle pour voir combien vous devez.

C’est la raison pour laquelle, en 2019, les sanctions pour retards de paiement en France se sont élevées à pas moins de 18 375 900 euros, affectant tant les PME françaises que les multinationales ! Les retards de paiement atteignaient souvent 25 jours, selon Atradius. Pour cette raison, l’objectif de la France d’ici 2021 était de réduire les retards de paiement à moins de 10 jours.

Évidemment, figurer sur une liste de mauvais payeurs peut avoir de multiples conséquences négatives :

  • Des problèmes de trésorerie, dûs aux amendes mais aussi à la nécessité de payer plusieurs factures en même temps.
  • Une perte de confiance des fournisseurs actuels et futurs.
  • Un impact négatif général sur la réputation, sur votre segment de marché.
  • Une plus grande difficulté d’accès au crédit ou autres solutions de financement.

Et ce n’est que le côté acheteur du problème. Les fournisseurs sont tout aussi affectés par les retards de paiement, une étude britannique montrant que les acheteurs paient souvent les petits et moyens fournisseurs en dernier. Conséquence : 50 000 PME doivent fermer boutique chaque année en raison de retards de paiement !

 

La bonne nouvelle : ce n’est pas votre faute !

 

À l’heure actuelle, le fait que les retards de paiement constituent un problème grave est clair. Ce qui est moins clair, c’est ce qui cause ces retards de paiement, en particulier dans les entreprises où la trésorerie se porte bien.

Pour de nombreuses entreprises, la cause principale des retards de paiement est le mauvais traitement des factures. Des formats non standardisés à l’impossibilité d’effectuer un rapprochement, un mauvais traitement des factures transforme un processus autrement simple en une tâche ardue. Une tâche qui génère de la paperasse inutile et d’innombrables heures perdues.

Comparaison du Business Ecosystem Automation vs facture papier et mixte

 

liste des mauvais payeurs

 

Ainsi, alors que vous pourriez avoir les meilleures intentions envers vos fournisseurs, vos systèmes manuels n’en ont pas. La bonne nouvelle est qu’en automatisant votre processus P2P, vous pourrez améliorer votre gestion des fournisseurs et oublier les retards de paiement. Et mieux encore, le nom de votre entreprise ne figurera plus jamais sur la liste des mauvais payeurs !

Vous voulez en savoir plus sur l’automatisation du processus P2P et sur la maîtrise des paiements ? Téléchargez ce guide gratuit réalisé par DAF Mag.

Téléchargez le guide gratuit